Chapitre 102

Publié le par Charles

 

 

Pierre suivait avec beaucoup d’intérêt l’évolution du combat contre les cyclones. Il avait regardé pendant quelques minutes les informations qui traitaient d’une bataille sous New New York, mais cela ne l’intéressait pas beaucoup, les journalistes expliquant que les géants de glaces étaient des monstres créés par manipulation génétique dans des laboratoires du Renouveau. Il ne savait même pas si cette bataille n’avait pas été faite par images de synthèse, rien que pour attaquer une nouvelle fois le mouvement qui avait pris la place de la Ligue dans l’esprit de beaucoup de personnes.

Le journaliste du canal d’information météorologique expliquait que les cyclones étaient toujours contenus par les armées de tous les pays concernés par le phénomène, mais qu’un fait nouveau venait d’apparaître, c’est que les cyclones qui ne se formaient initialement qu’autour des plus grandes agglomérations commençaient maintenant à se créer aléatoirement partout sur la planète. Des images furent montrées d’un cyclone gigantesque ravageant un petit village de moins d’un million d’habitant, on y voyait comment les petits immeubles d’une vingtaine d’étages étaient arrachés par cette immense tornade aux lueurs violettes.

Un expert des phénomènes météorologiques attesta que ce cyclone était le plus gros jamais répertorié jusqu’à maintenant.

Ensuite des chiffres furent donnés, cela faisait maintenant dix-neuf heures que les cyclones se créaient aléatoirement sur tout le globe. Plus de trente mille villages avaient été touchés par les tornades, les dégâts matériels se chiffraient en centaine de milliards d’Avarons, la monnaie mondiale (il s’agit du nom français de celle-ci, chaque pays l’appelant d’une manière différente bien qu’il s’agisse de la même). Il n’y avait par contre eu que très peu de morts, car les habitants écoutant les informations, recevant des appels par puce pour les prévenir ou voyant ce qu’il se passait par leur fenêtre, s’étaient tous téléportés en lieu sûr et allaient, pour les plus chanceux, vivre chez des proches en attendant de trouver un nouveau logement pendant que les autres passeraient probablement plusieurs nuits dans des centres d’accueils d’indigents. Centres dont ils feraient tout pour sortir le plus rapidement possible sachant que, si un an après y être entrés pour la première fois ils n’avaient pas une source de revenu fixe et un logement propre, le comité de contrôle de la pauvreté mondiale allait les faire disparaître avec une injection mortelle pendant leur sommeil.

Le journaliste continua en disant que les cyclones n’étaient pas les seuls problèmes, en effet, les séismes qui avaient commencé en Thaïlande et qui touchaient maintenant toutes l’Eurasie étaient de plus en plus fréquents et semblaient s’étendre. Le commentateur expliqua que ces tremblements de Terre étaient totalement imprévisibles et que la théorie des plaques tectoniques ne les expliquait pas.

Les images de catastrophe toutes plus impressionnantes les unes que les autres ne cessaient d’être montrées. Pierre écoutait tout cela en voyant que, comme il l’avait craint, l’offensive de la planète se faisait de plus en plus importante…

 

Publié dans Livre: Terre Bleue

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article