Chapitre 101

Publié le par Charles

 

Lune’ était seule dans son aérovoiture. Maria-Fernanda’, Wilhelm’ et Arthur’ étaient repartis par le téléporteur. Elle s’était allongée sur la banquette la plus longue de son véhicule et s’était endormie. Elle avait mal vécu le combat de son armée contre les géants et se demandait si sa sœur avait raison en disant qu’il fallait toujours leur taper dessus pour régler des choses avec eux, car justement elle leur avait tapé dessus comme elle lui avait dit de faire, mais ça s’était très mal passé… Alors qu’elle commençait à s’endormir, elle comprenait pourquoi elle ne voyait presque jamais sa mère. Cette dernière assumait depuis des années les responsabilités que Lune’ venait simplement de prendre. Et comme elle n’utilisait pas les téléporteurs elle était tout le temps en déplacement et dormait probablement sur la banquette de son aérovoiture comme Lune’ était en train de le faire.

Un petit bruit se fit entendre, c’était sa puce téléphonique. Le bruit réveilla Lune’ qui répondit d’une voix endormie,

    Allo ?

    Madame Galaxy ? Demanda une voix de femme.

    Mademoiselle, la reprit Lune’.

    Bien, Mademoiselle Galaxy, je vous appelle parce que je pense que vous devriez venir voir quelque chose, quelque chose de grave.

    Quoi donc ? demanda Lune’.

    C’est au sujet de Frédéric Cino et de l’autorisation qu’il a de prendre des prisonniers pour des missions spéciales.

Lune’ se souvenait très bien de lui et du fait qu’il n’aimait pas qu’elle soit la nouvelle chef.

    Je ne l’aime pas, dit-elle.

    Et bien moi non plus pour être tout à fait franche, répondit la voix de femme, je n’aime surtout pas ce qu’il fait, mais je pense que le mieux serait que vous veniez voir par vous-même au centre d’envoi des prisonniers dans les cellules de détention.

    Je suis très occupée, dit Lune’, vous ne voulez pas me dire par puce ce qu’il se passe, je préférerais ne pas avoir à venir…

Lune’, qui avait encore beaucoup de chose à faire avant de pouvoir rentrer chez elle n’avait effectivement qu’une seule envie et c’était de retrouver sa chambre, elle était très fatiguée et n’arrivait pas à bien dormir dans l’aérovoiture.

    Et bien je peux tout vous expliquez, mais si vous voulez des preuves vous pouvez venir ici et je vous les donnerai.

    D’accord, répondit Lune’ dont les yeux se fermaient.

    Alors voilà, reprit la femme, depuis qu’il a reçu l’autorisation de prendre qui il voulait dans les prisons pour faire des missions spéciales, Monsieur Cino prend tous les jours des femmes que ses hommes ramènent tous les lendemains mortes pour que nous les remettions dans leurs cellules. A chaque fois elles ont été tuées par activation de leur système d’autodestruction. Après plusieurs cas j’ai fait des tests sur les femmes qu’il ramenait et j’ai trouvé qu’elles avaient toutes eu des relations sexuelles avant leur mort… Vous comprenez donc qu’elle fut ma conclusion…

    Non, répondit Lune’, quelle a été votre conclusion ?

    Je pense que la seule mission qu’ont ces femmes est d’assouvir ses désirs le temps d’une nuit après quoi il les tue… En plus, je voulais aussi signaler qu’il ne se contente plus uniquement des personnes condamnées à vie ou pour une très grande durée, il a déjà prix de jeunes étudiantes anti-dimensionnistes qui n’avaient été condamnées qu’à six mois de prison ferme…

    Ah… Et alors, qu’est-ce que vous voulez ? demanda Lune’ qui tombait de fatigue.

    Et bien il y a deux solutions, répondit la femme. La première c’est de retirer son autorisation à Frédéric Cino, et la deuxième serait… enfin… Je suis la chef ingénieur qui s’occupe de la mise en place des systèmes d’autodestruction sur les personnes qui sont prises pour des missions spéciales, la deuxième solution serait donc que vous me donniez l’ordre de ne pas poser ce système tout en disant à Frédéric Cino que je l’ai fait… Je pourrais aussi donner à la prochaine femme qu’il choisirait de violer une arme blanche si vous me demandiez de le faire…

    Je ne sais pas, répondit Lune’, quelle est la meilleur des deux solutions ?

    Tout dépend de… si vous voulez seulement l’empêcher de continuer, ou le faire payer pour ce qu’il a fait…

    Ça vous ennuie si je vous laisse décider ? demanda Lune’ qui ne comprenait pas tout ce que lui disait son interlocutrice.

    Pas du tout, j’ai juste besoin d’un néomail qui dise que vous me laissez choisir de poser ou non ces systèmes d’autodestruction sur les femmes que choisit Frédéric Cino. Parce que si la femme qu’il va choisir arrive à le tuer, il va y avoir une enquête interne sur moi pour savoir pourquoi son système d’autodestruction n’a pas fonctionné…

    D’accord, je vous envoie un néomail tout de suite…

Lune’ prit son écran portable et écrivit le message dont la chef ingénieur avait besoin, elle l’envoya puis posa l’écran à côté d’elle alors qu’elle se rallongeait pour essayer de dormir un peu plus avant d’arriver au-dessus du téléporteur draineur d’eau où elle avait donné rendez vous à ceux qui l’avaient accompagnée voir les géants.

 

Publié dans Livre: Terre Bleue

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article